Logo Catherine varnier
Photo de Catherine
Présentation

Depuis dix ans, Catherine Varnier crée ses collections de robes
de mariés avec un plaisir constant. Chaque saison (collection
Printemps/Été et Automne/Hiver) est l'occasion de renouveler
une ligne, de travailler un volume, de détourner ou de réactualiser
un tissu… et de concrétiser une inspiration toujours foisonnante.

“J'ai l'impression d'être un peu la bonne fée qui optimise l'éclat
singulier de chaque personnalité. Et cela c'est ma passion.
Le corps d'une jeune femme est composé de blancs à combler
et de pleins à affiner. C'est un jeu subtil et essentiel, mon objectif
est de rendre la beauté de chaque jeune femme évidente”.

Chaque collection se compose d'une vingtaine de robes, de corsets,
de caracos et de jupes (de 2500 à 3500€).

“Je coupe une robe comme un sculpteur taille la pierre, en modelant
le tissu sur le corps et en ajustant chaque pièce, chaque pince.
Voilà pourquoi chaque modèle est unique conçu pour une femme
unique.”

plus information de catherine

- Son style
L'alchimie parfaite de la création, de l'originalité et de l'élégance.

- Son plus
Une analyse positive et efficace de chaque mariée lui permet
de créer la robe de vos rêves.

- Sa plus belle création
La robe de ma meilleure amie, parce qu'elle était très belle
et réalisée avec amour.

- Sa mariée idéale
Ava Gardner. Pour moi, le comble de la beauté!

- Où la trouver?
À son showroom (15ème) ou dans sa boutique (6ème). Catherine
Varnier réalise aussi les accessoires et les tenues des autres
membres du mariage, à commander dans sa boutique-atelier.

La féminité sans artifices

Histoire d’hérédité? Dès sa plus tendre enfance, cette parisienne,
fille d’Agnès Racine, sculptrice de grand renom, a montré pour
le dessin d’étonnantes dispositions. C’est donc tout naturellement
qu’elle entre à l’École supérieure d’arts graphiques Penninghen,
avant d’enchaîner une prépa pour les Arts-Déco et un passage
dans une école de pub. À l’époque, pas plus intéressée que ça
par le monde de la mode, elle devient cependant styliste pour
des marques premier âge comme Absorba ou Babygro, et réalise
également des livres pour enfants. Elle élabore ensuite
des collections de prêt-à-porter femme qu’elle vend sous forme
de “tea-shop”, c’est-à-dire en les présentant chez les partculières.
La formule fonctionne si fort qu’elle ouvre dans le 15ème
arrondissement une petite boutique. Des tailleurs et des robes
sexy, du vrai “sur mesure” avec deux collections par an font venir
à elle les femmes branchées et le succès.
L’ouverture de son showroom au 216 rue de Vaugirard va lui
donner envie de créer des robes de mariées, tout en développant
ses collections de tailleurs habillés et de robes du soir.